S'INFORMER Toute l'actu high-tech

les dossiers de rédaction

Nokia Belle livré d'origine sur le Nokia 700
Nokia Belle livré d'origine sur le Nokia 700
Le Wireless Touchpad de Logitech en test !
Le Wireless Touchpad de Logitech en test !

Test Antec Eleven Hundred : un concurrent du Carbide ?

Alors que le marché du boîtier nous offre depuis quelques temps pléthore de nouveaux modèles, Antec renouvelle sa gamme Hundred, dédiée aux joueurs, avec le Eleven Hundred. Si ce boîtier est très fortement inspiré du très récent P280 de la marque, il entre en concurrence directe avec des modèles comme le Carbide 400R de Corsair.
Autant dire qu'Antec a du pain sur la planche pour parvenir à se distinguer des nombreux boîtiers présents sur le marché, d'autant qu'ils sont pour la plupart intéressants : NZXT H2, la multitude de modèles Lian-Li et toujours ce bon vieux Fractal Design Define R3. Quelles sont donc les particularités du dernier-né de la gamme Hundred ? Antec innove-t-il en terme d'ergonomie ou de conception ? Orienté gamer, ce boîtier se doit de proposer un refroidissement efficace. Nous verrons comment il se comporte de ce point, tout en mesurant les nuisances sonores qu'il dégage. Place au test !

Présentation

Le Eleven Hundred est un boîtier moyen-tour dont les dimensions dépassent légèrement celles du Carbide 400R : 2,4 cm en hauteur, presque 3 en largeur, et près de 4 en profondeur. Deux boîtiers assez proches au final, mais le Eleven Hundred dispose d'un espace supplémentaire qu'Antec a visiblement mis à profit, puisque son boîtier est compatible avec les cartes-mère XL-ATX.
Côté design, l'américain a fait dans le sobre, voire le très sobre. L'aspect très monolithique du Eleven Hundred ne nous a pas particulièrement ravis, aucun arrondi ne venant flatter les lignes du boîtier. C'est très anguleux et un peu austère, disons-le. D'autant que le boîtier est entièrement recouvert d'acier ou de plastique (en façade) noir, des matériaux relativement basiques. C'est propre, ça évite les traces de doigts trop prononcées, mais ça n'est pas très sexy... En revanche, la qualité de l'acier est correcte et le poids s'en ressent : près de 9 Kg sur la balance, tout de même.
Les amateurs du genre pourront se rattraper avec la paroi en plexiglas que le constructeur a choisi de placer sur son boîtier. C'était très tendance à une époque, cela l'est de moins en moins. Il n'en reste pas moins que le matériau choisi est bien rigide et résistant, et vous permettra d'admirer votre configuration en pleine action.

L'arrière du boîtier laisse deviner les nombreux slots d'extension dont dispose le Eleven Hundred, tandis que l'on distingue également les deux œillets destinés à accueillir les tuyaux d'un système de refroidissement à eau. Notez également qu'Antec a choisi de placer le bloc d'alimentation vers le bas, une tendance désormais quasiment généralisée.

A l'avant, on remarque trois baies capables d'accueillir des éléments au format 5,25 pouces. En plus de donner un petit côté agressif au boîtier, les larges ouïes présentes sur les côtés de la façade (qui ne sont réellement ouvertes que dans la partie basse du boîtier) permettent d'aller chercher de l'air frais.

Toujours en façade, on retrouve le traditionnel panneau de connectique, qui propose ici 2 ports USB 2.0, deux autres au format USB 3.0, ainsi qu'une entrée micro et une sortie casque. Pas de eSATA, dommage. Terminons le tour de ce boîtier avec le bouton de mise sous tension et le bouton reset, tous deux présents au somment du boîtier. Pratique, sauf quand l'ordinateur est sous un bureau...


A l'intérieur

Nous vous le disions en présentation, le Eleven Hundred est compatible avec les cartes-mère XL-ATX. Il dispose donc d'un espace confortable en son sein, et peut également accueillir des cartes graphiques dont la taille peut atteindre 330 mm. De quoi recevoir même un monstre comme la Mars II d'Asus.

Et comme vous disposez de 9 slots d'extension, vous pouvez aller jusqu'à installer un SLI de 3 cartes NVIDIA, ou un CrossFireX de 4 GPU AMD. De quoi voir venir...

En plus d'une hauteur et d'une profondeur intéressante, le boîtier d'Antec bénéficie également d'une largeur importante. Cela lui permet d'accueillir des ventirads de bonnes dimensions (jusqu'à 17 cm de haut), mais l'autorise surtout à proposer un déport important derrière la carte-mère. Vous disposez alors de 3,6 mm pour ranger vos câbles à l'arrière de votre configuration. Utile et pertinent, quand on sait qu'il est parfois compliqué de fermer le panneau arrière une fois le rangement des câbles effectué.

Remarquez également la large ouverture faite par Antec sur le support de la carte-mère, rendant ainsi son boîtier compatible avec la majorité des ventirads. Précisons aussi que ce support dispose de 4 passes-câbles caoutchoutés soigneusement répartis autour de l'emplacement réservé à la carte-mère.

Pour ce qui est de l'accueil des unités 5,25 pouces (lecteur, graveur, ou autre élément comme un rhéobus), Antec opte pour un système sans vis pour ses trois emplacements, tout comme c'est le cas pour les disques durs, nous y reviendrons. Ces derniers bénéficient de 6 slots au format 3,5 pouces, tandis que le constructeur a eu la bonne idée d'ajouter deux emplacements pour disques 2,5 pouces, comme les SSD.

Système de ventilation

En bon boîtier gamer qu'il est, le Eleven Hundred se doit d'assurer un refroidissement performant aux composants qu'il accueille. Qu'offre-t-il pour cela ? Seulement deux ventilateurs ! Relativisons cette remarque par le fait que l'un d'entre eux, placé au sommet de la tour, possède un diamètre de 20 cm, ce qui lui permet de créer un flux d'air relativement important au sein du boîtier. Il est accompagné d'un second ventilateur, placé à l'arrière, doté quant à lui d'un diamètre de 12 cm.

Vous l'aurez compris, ces deux ventilateurs se contentent d'extraire l'air chaud (d'où leur emplacement à l'arrière, dans la partie supérieure du boîtier), tandis qu'aucun mécanisme ne vient apporter de l'air frais à la machine. Certes, les larges ouïes présentes à l'avant du boîtier peuvent faire illusion, et les pieds qui rehaussent le Eleven Hundred de quelques millimètres lui permettent de prendre un peu d'air sous le boîtier. Il n'en reste pas moins que sans ventilateur en aspiration, le flux d'air est forcément moins efficace, et nous avons affaire ici à une configuration en très forte dépression.
Toutefois, Antec a prévu large pour améliorer ce flux d'air, puisque son boîtier est capable d'accueillir pas moins de 7 ventilateurs de 12 cm supplémentaires ! Deux à l'avant, pour les disques durs, deux sur les côtés, pour la ou les cartes graphiques, ces quatre ventilateurs fonctionnant en aspiration. Il est également possible de positionner deux autres unités sur le support en plastique des disques durs. Support qu'il est par ailleurs possible d'ôter si votre configuration ne comporte pas de disques durs. Cela peut permettre d'améliorer grandement la circulation de l'air au sein du boîtier.
Au rang des bonnes surprises, on notera les filtres à poussière prévus sous le bloc d'alimentation et à l'avant du boîtier. Une tirette permet d'extraire facilement le premier, tandis que le second est facilement accessible en démontant la façade avant. Une opération que nous avons réalisée sans problème, même s'il ne faut pas trop avoir peur de tirer un peu fort.


En revanche, certains défauts de ce boîtier sont franchement décevants. À commencer par l'absence totale de régulation pour les deux ventilateurs présents. Pas de potentiomètre, ni même d'interrupteur à l'arrière du boîtier pour sélectionner un mode de fonctionnement. Pire, les deux ventilateurs sont alimentés par une prise Molex, ce qui interdit toute régulation via la carte-mère. Cela nous prive également de toute information sur la vitesse de rotation des ventilateurs, donnée absente du site du constructeur. Tout juste trouve-t-on à l'arrière de l'Eleven Hundred un interrupteur permettant d'éteindre et d'allumer les diodes bleues présentes sur le ventilateur de 20 cm...

Et Antec de continuer à nous surprendre dans le mauvais sens du terme avec cet emplacement pour ventilateur curieusement placé... à l'arrière de la carte-mère. Le constructeur évoque sur son site un « point stratégique », mais quel intérêt y-a-t'il à refroidir à l'arrière de la carte-mère ? C'est d'autant plus étonnant que l'hypothétique ventilateur qui prendra place ici devra éviter les câbles dissimulés à l'arrière du boîtier. Un choix incompréhensible.

Enfin, si le Eleven Hundred n'est pas conçu pour minimiser les nuisances sonores qu'il dégage, nous aurions aimé un peu plus que les quatre supports en caoutchouc prévus sur le panneau en plexiglas, qui visent à accueillir deux ventilateurs. Les disques durs et le bloc d'alimentation, notamment, ne bénéficient d'aucun traitement de faveur dans le domaine.

Le montage

Nous l'avons vu, le Eleven Hundred ne se distingue ni par son aspect extérieur, ni par son système de ventilation. Qu'en est-il de l'ergonomie de ce boîtier ? Là heureusement, le constat est nettement plus probant. D'une part, parce qu'Antec a privilégié l'utilisation de vis à main, notamment pour ce qui est de la fixation des portes latérales ou des cartes-fille. Pour l'alimentation et la carte-mère en revanche, il faudra encore user de ce bon vieux tournevis.
Pour les lecteurs optiques en revanche, Antec est à la page, avec un système aussi simple à utiliser qu'efficace. Pour les disques durs, même constat : les pattes de fixation se clipsent sans le moindre effort sur l'unité de stockage et s'insèrent le plus facilement du monde dans les rails prévus à cet effet. Pour les SSD c'est encore plus simple, puisqu'il suffit de les glisser directement dans le support 2,5 pouces.

Positionner les éléments au sein de l'Eleven Hundred est donc un jeu d'enfant, notamment grâce à l'espace conséquent dont on bénéficie. Quelques remarques toutefois. La première concerne le connecteur Molex alimentant les ventilateurs. Ce composant est difficile d'accès (dans le coin supérieur gauche du boîtier), il y vaudra mieux effectuer la connexion avant d'installer votre ventirad. La seconde remarque concerne la gestion des câbles : sur notre alimentation de test, le câble alimentant le processeur étant tout juste assez long. Une rallonge n'aurait pas été de trop. Enfin, le caoutchouc qui entoure les passes-câbles ne résiste pas toujours au passage des tresses issues de l'alimentation.

Bon point en revanche pour Antec, qui fournit pas moins de 6 serres-câbles pour parachever votre installation. Au final, cette dernière est particulièrement propre à l'intérieur, et franchement plus brouillonne à l'extérieur, mais l'important déport laissé par le constructeur au niveau du panneau arrière permet de remettre ce dernier en place sans le moindre effort.


Performances

Que vaut cet Eleven Hundred du point de vue du refroidissement et des nuisances sonores ? Pour le savoir, nous avons eu recours à quelques tests et à la configuration suivante :

  • Carte-mère Asus P7P55D Deluxe,
  • Processeur Intel Core i5 750 2,66 GHz,
  • Ventirad Noctua NH-C14 (un ventilateur en 5V)
  • 4 Go de mémoire DDR3-1066,
  • Alimentation Corsair AX 750 (semi-passive),
  • Carte graphique NVIDIA GeForce GTX 480
  • SSD OCZ Vertex 2 pour le système
  • Disque dur Hitachi 3 To @ 7 200 RPM pour le stockage

conclusion

Le Eleven Hundred d'Antec n'est pas un mauvais boîtier. Mais c'est un boîtier sans réelle saveur, sans ce petit supplément d'âme qui peut déclencher un enthousiasme même modéré. Certes, le boîtier est bien fini (mis à part les caoutchoucs des passes-câbles), est sobre (un peu trop ?), permet un montage facile et rapide, et ses performances sont tout à fait intéressantes pour une utilisation en jeux, puisqu'il refroidit efficacement tout en contenant avec un certain succès les nuisances sonores.
Cependant, ces performances auraient été bien meilleures encore (notamment au niveau des nuisances sonores au repos) si Antec avait doté son boîtier d'un régulateur de vitesse pour ses ventilateurs. Car le 200 mm en haut du boîtier est réellement trop bruyant. Un oubli vraiment dommageable, bien plus que celui de la connectique eSATA, ou même d'un rack externe. Sur le marché des boîtiers autour de 100 euros, la concurrence est vive, et ce genre d'oubli pourrait coûter cher à cet Eleven Hundred. D'autant qu'Antec propose un P280 qui possède tous les atouts du Eleven Hundred, et une régulation des ventilateurs... au même prix ! En tout état de cause, pour 115 euros, il y a clairement mieux ailleurs.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Best Juicer (samedi, 04 mai 2013 16:07)

    This post was in fact precisely what I was in search of!